Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chroniques sur le monde contemporain : G. Eturo, G. Bloufiche et Major Tom

Vive Charlie Hebdo !

Publié le 19 Septembre 2012 par G. Eturo in Société

 

La vaste majorité des commentateurs occidentaux sont devenus fous. Et, une fois n'est pas forcément coutume, on relèvera la notable, la brillante exception que représente Christophe Barbier dans la nouvelle "affaire" (largement écrite d'avance) des caricatures de Mahomet. On nous dit qu'il faut être responsable, qu'il faut éviter de "jeter de l'huile sur le feu" (soit dit en passant, ce ne serait pas si problématique si l'expression n'était employée que par les chancelleries) alors qu'en réalité, on nous demande de mettre de l'eau dans notre vin, d'exercer avec tact et "précaution" (décidément, ce principe est partout) ce qui constitue l'une de nos valeurs les plus fondamentales, à savoir la liberté d'expression consacrée en France par la IIIème République, sous le prétexte que des réactionnaires de tous pays nous menacent explicitement de meurtre et jurent de laver le prétendu affront des caricaturistes. Je ne comprends pas ce prétendu "sens des responsabilités" qui consiste à s'adapter aux comportements de celles et ceux qui voudraient nous ramener au temps où se pratiquait le délit de blasphème, pour ne pas parler des tribunaux hérétiques, et qui en tous cas font une loi de se venger par eux-mêmes et par la force, au mépris des lois communes et de tout humanisme.

 

La meilleure attitude, en l'espèce, est justement de ne faire AUCUN compromis, de continuer à rire, à caricaturer, à plaisanter, à critiquer et même à dénigrer, pour démonter justement notre force et notre détermination à l'égard des obsurantistes et des intégristes religieux. Nous autres occidentaux, héritiers de l'individualisme philosophique, enfants des Lumières du XVIIIème siècle, quel signal allons-nous envoyer aux progressistes des pays arabo-musulmans si nous transigeons, chez nous, avec notre liberté si chèrement acquise ? C'est au contraire soutenir ces malheureux victimes du retour de balancier contre-révolutionnaire que de ne pas vaciller face au vent soufflé par les tenants de la censure et de la réaction (d'ailleurs, elle est où la gauche aujourd'hui quand il s'agit de défendre la liberté d'expression ? Voltaire semble davantage aujourd'hui du côté de François Fillon que des hiérarques du PS et de la gauche dite radicale). On notera que tout cela n'aurait pas été possible si nous ne nous étions pas attachés, gauche en tête, à sacraliser le "respect", concept qui nous a conduit tout bonnement à confondre les idées et les personnes, les jugements et les agressions.

 

Car enfin s'il me plaît d'attaquer l'Islam aussi durement que je ne l'apprécie guère, en tant que doctrine religieuse ou même en tant que pratique, comme je m'en prendrais au communisme ou, soyons fous, au stoïcisme, en quoi cela peut-il signifier que je ne tolère pas l'existence des musulmans, des communistes et des stoïciens, ou que je refuse à jamais de les côtoyer et de débattre avec eux, dans le respect des lois communes ? En caricaturant le prophète Mahomet, Charlie Hebdo fait acte d'irrévérence religieuse (petit rappel utile : le blasphème est propre au monde de la religion), et de rien d'autre. Nulle part je n'ai constaté dans leurs colonnes un appel à la discrimination ou à la ségrégation, encore moins à la haine, au racisme et au meurtre. Nulle part je n'ai vu autre chose que le simple exercice de la liberté d'expression, fût-elle dérangeante aux yeux de certains.

 

Je ne voudrais pas d'un monde dans lequel respecter mon prochain signifierait prendre des gants avec les convictions que ce dernier pourrait afficher et proclamer, fussent-elles les plus chères à ses yeux. Je veux que nos enfants connaissent la raison critique, pas l'autocensure généralisée, la ghettoïsation et donc l'appauvrissement de l'esprit. Je terminerai en rappelant que la République, au temps où elle était un régime de combat, c'est à dire au temps où elle était une République, pas ce machin conformiste ménageant la chèvre et le choux particulièrement sur les fondamentaux de son histoire, au service du "respect" ("Touche pas à mon Prophète !", proclament ainsi certains avec l'indignation d'un Stéphane Hessel, le côté vieux sage attachant en moins. A quand les végétariens hurlant "Touche pas à mon légume" dès qu'une critique leur semblera dépasser les bornes ?), la République, donc, savait aussi traiter les religieux réactionnaires avec l'irrespect que leur insulte permanente à la liberté de penser et de critiquer justifiait et justifie encore.

 

Nos Pères ont su mettre au pas les catholiques contre-révolutionnaires à force de conviction, sera-ce demain pour que nous cédions à l'air de l'adaptation et du compromis avec les tenants d'un Islam protégé des assauts de la critique et du rire (je déplore que ce Mohammed Moussaoui représente les Français musulmans via le CFNM - notez bien que lui dirait plutôt, d'ailleurs, dans un élan de rassemblement national et dans un enthousiasme des plus républicains, "les Musulmans de France") ? Que les choses soient claires : quoi qu'ait pu dire Pierre Desproges que tout le gratin médiatique et politique cite en boucle, je soutiens qu'à partir du moment où l'on examine de plus en plus la légimitité et l'opportunité d'une critique avant d'oser la formuler, on finit tout simplement par la réduire à néant.

 

Dernière chose : puisqu'on nous parle du contexte des caricatures, à savoir la diffusion de ce misérable film instrumentalisé par les salafistes, pourrait-on me dire en quoi ce film engage les Etats-Unis d'Amérique comme nation et comme peuple ? A entendre les insurgés, qui ne devraient être, qu'au pire, des personnes vexées, au mieux des honorables gens répondant par le mépris à la connerie - et non par la barbarie - toute l'Amérique serait liguée contre eux. Si encore il s'agissait d'une position officielle.. Car dénicher des extrémistes qui "dérapent", on pourrait s'amuser à le faire tous les matins dans toutes les démocraties du monde, là où les individus ont le droit de s'exprimer, même si c'est pour dire les pires bêtises. De ce point de vue - empruntons donc le "raisonnement" des thuriféraires du "respect" - comment comprendre les catholiques qui ont eu la faiblesse de ne pas tuer quelque ambassadeur de France lorsqu'ils ont découvert le Piss Christ ? La vérité, donc, est que ces gens voudraient qu'aucune attaque ne puisse être formulée envers leur idole. C'est la définition pure et simple du FANATISME.

 

Alors vite, Charlie, d'autres caricatures, pour que vive la démocratie et que le rire recouvre les déboires, parfois même les sanglots, de toutes celles et ceux qui payent leur irrévérence et leur impertinence d'un injuste tribut aux accents liberticides.

Commenter cet article

Julien 24/01/2013 01:53


Certes on peut théoriquement combattre des idées tout en respectant les personnes, mais en pratique la frontière est ténue. En particulier quand le ton commence à chauffer entre deux camps, une
certaine intelligence de la situation serait à mon sens la suivante: chacun prend acte de l'impossibilité de débattre sereinement pour le moment, et on attend que les esprits s'apaisent pour
reprendre le débat. Sinon le risque est grand de forcer la radicalistion des positions, de mettre en jeu les orgueils qui cristaliseront les antagonismes. Ce qui ammène à la 2ème thèse du texte
("on ne devrait jamais considérer la légitimité ou l'opportunité d'une critique"). In petto, on peut, on doit toujours conserver une approche critique. Dans la sphère publique en revanche, nos
actes ont des portés qui transcendent souvent leur signification initiale. Ils sont repris, interprétés, ils servent de symboles. Si une critique sincère est toujours légitime, il me semble
judicieux de considérer son opportunité. A moins que par plaisir du scandale, on préfère mettre les pieds dans le plat.


Par ailleurs, il devient difficile pour un journal ouvertement provocateur de parvenir à secouer encore ses lecteurs blasés, dans ce climat nihiliste où toutes les interdits ont été pulvérisés.
Qui se soucirait d'une caricature de Hollande se faisant enculer par Trierweiler, du pape se tapant un bébé, par [complétez par n'importe quoi de (pseudo)scandaleux de la sorte]? Bof.


Au nom de l'équipe de Charlie Hebdo, merci aux intégristes musulmans de redonner espoir à ce journal, dont la véritable raison d'être a disparu avec la fin de l'ORTF et la levée des tabous de
papa-maman.


Le véritable combat pour la liberté d'expression aujourd'hui n'est plus de pouvoir dire ce qu'on veut, mais d'avoir la possibilité et le temps d'exprimer nos opinions avec nuance. A tout les
talk-shows qui offrent 1 minute chrono pour pouvoir articuler une idée avant d'être interronpu par un Baffie ou un Ruquier, à facebook où règne en maître la petite phrase, aux slogans de toute
sorte: vous êtes la censure d'aujourd'hui.

M. Aurouet 26/01/2013 12:39


Votre éclairage me plaît. Je souscris pleinement à votre dernier argument, qui met le doigt sur la difficulté de pensée à l'heure où toute idée doit avant tout alimenter un spectacle.. avec ce que
cela suppose de réduction et de simplification. Je n'entendais pas, en fait, faire l'éloge de Charlie Hebdo en tant que tel et sans doute le titre de l'article n'est-il pas approprié. Reste que si
on peut encore dire ce que l'on veut, et que si les tabous d'hier sont tombés, on est vite "suspecté" de ceci ou cela non pas en raison de ce que l'on dit, mais en raison des possibles dérives et
autres interprétations abusives qui peuvent s'ensuivre. En témoignent "les phobies" de toutes sortes dont notre époque est si friande (islamophobe, homophobe etc.). Dans ce contexte, on peut être
l'objet d'anahèmes sans avoir forcément le goût de la provocation. Si le souci majeur est le buzz, alors on privilégiera la provocation tout en assumant les noms d'oiseau qu'on aura un peu cherché.
Si le souci dominant est la sincérité, il vaudra mieux mettre les formes pour désamorcer toute reductio ad hitlerum et autre assimilation au mal penser.


raimane 23/09/2012 15:22


oh ! la ! la ! l' amérique ... quelle amérique !!! illusions ... rien que de l' illusion ...


« Chacun a son Amérique à soi, et puis des morceaux d’une Amérique imaginaire qu’on croit être là mais qu’on ne voit pas. »


Andy Warhol


« Il n'y a pas de chute de l'Amérique pour la simple raison que l'Amérique n'a jamais été innocente. Il est impossible de perdre ce qu'on n'a jamais possédé. » 


James Ellroy


source : http://www.evene.fr/tout/citation-amerique


 


 

raimane 21/09/2012 19:35


"Honni soit qui mal y pense"
Honte à celui qui interprète comme répréhensible un acte à l'intention innocente mais aux conséquences ambiguës. Son utilisation contemporaine est souvent ironique et souligne au contraire la
mauvaise intention de quelqu'un qui feint l’innocence.