Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chroniques sur le monde contemporain : G. Eturo, G. Bloufiche et Major Tom

Ils vous ont fait aimer les réactionnaires, ils vous feront adorer les populistes !

Publié le 31 Octobre 2010 par G. Bloufiche in Politique

En 2011, c'est décidé, j'arrête d'être réac et je deviens populiste ! (1)

 

La rumeur des médias – pluralistes suivant l'expression consacrée – et des producteurs d’idées finit en général par se focaliser sur quelques mots et quelques interprétations de ceux-ci pour mieux raccourcir le chemin qui mène à la compréhension du monde.

Cette opération se déroule en deux temps : consensus autour du mot puis consensus autour de l'acception du mot qui acquiert ainsi sa dimension péjorative ou méliorative. Après le grand délire peut commencer : raccourci à tout va, imprécisions à vau l'eau, énormités à tout crin, imbroglio a gogo et amalgame à tous les étages.

Le propos peut sembler encore un peu abstrait mais rendons le plus concret en nous intéressant tout d'abord au destin d'un des mots phares de ces dernières années : réactionnaire.

 

Réaction, j'écris ton nom

 

Réac' : que d'analyses simplistes ont été faites contre ton nom ! Que de mystifications ! Que d'injustes procès en sorcellerie ! Combien de fois a-t-on taxé les contrevenants à l'air du temps de réactionnaires pour éviter la discussion d'idées comme si la simple prononciation de ces quatre syllabes emportait tout le reste : «Nous ne discuterons plus avec cette personne et nous ne discuterons pas plus de ses idées, c'est un réactionnaire ! ». Combien de discussions nécessaires ont-elles ainsi été évitées : danger du multiculturalisme, excès du capitalisme, limites du féminisme, dérives de l'époque contre les libertés individuelles au nom de la sécurité et de la santé publique, et j'en passe.

Puis le consensus s'est ébréché. On peut symboliquement dater la première fêlure d'une citation de Laurent Joffrin datée de 2003 : « devant les plaies sociales cruelles, l'ancien discours libéral-libertaire paraît coupé du réel. Ce n'est effectivement plus la droite qui est réactionnaire, c'est la réalité. » Quand un des papes médiatiques du progressisme revient ainsi sur les fondements même de sa religion, c'est tout le clergé avant-gardiste qui vacille et son orthodoxie qui prend l'eau. La fin définitive de la mise en quarantaine des réactionnaires peut évidemment être datée de l'élection de Sarkozy, ce dernier se contentant d’emprunter le boulevard du réel déserté par la gauche.

Depuis, les médias se sont très largement ouverts aux exilés d'hier : les Zemmour, Finkie, E.Levy et consorts sont devenus, en même temps que la pensée réactionnaire, mainstream. Depuis, on a même vu Muray s'inviter au Grand Journal de Canal+ dans la bouche de Luchini ! Quelques bigots du progressisme – qu'on ne trouve plus guère qu'aux Inrocks ou à l'Obs – sévissent encore mais leur chasse aux réacs fait désormais sourire ces derniers qui ont gagné la bataille du discours sur le réel et la guerre du temps de parole à défaut toutefois d'avoir gagné quoi que ce soit.

 

Requiem pour un réac'...

 

Car ne nous y méprenons pas : si le mot réactionnaire ne peut plus guère être utilisé pour discréditer un discours, si certains débats hier encore impossibles peuvent aujourd'hui avoir lieu, les idées phares défendues par les réactionnaires n'ont pas progressé d’un iota.

L'école ? Les idées des défenseurs de l'École républicaine ont été enrôlées pour montrer les limites (certes réelles) de la massification et vendre la réduction massive des postes. L'identité nationale ? Le sentiment national a été noyé sous les eaux glacées de la communication sarkozystes. La défense de l'individu ? Jamais un gouvernement dit «libéral» n'a autant œuvré pour nous ficher et nous surveiller. La lutte contre l'Euro-béatitude ? Le non de 2005 a été joyeusement foulé à Lisbonne et, si plus personne n’ose entonner la ritournelle européiste, chaque jour qui passe nous rappelle que la France a perdu sa souveraineté.

Si les réactionnaires ont permis de lutter contre l'insupportable déni de réel qui frappait la pensée, ils ont souvent été, lâchés dans l'arène médiatique, les idiots utiles de la communication sarkozyste.

 

Et le nouveau mot est...

 

Maintenant que le mot réactionnaire n'est plus guère opérationnel pour lutter contre ceux qui pensent mal, un nouveau mot apparaît pour tancer les désapprobateurs, réduire les objecteurs et contrecarrer les opposants. Tendez l'oreille et vous l'entendrez ce mot, vous vous accoutumerez à sa musique, vous vous habituerez au ton vengeur, révolté, angoissé des commentateurs autorisés – éditorialistes et humoristes. Vous vous laisserez, si vous n'y prenez garde, gagner par cette peur sur la ville, sur le pays et sur l'Europe car voilà le nouvel ennemi : le populisme (2).

 

...Populiste

 

Populiste le mouvement social contre les retraites (c’est une simple question de démographie, vous dit-on) ! Populistes les opposants au bouclier fiscal (mais nos riches iraient voir ailleurs, pauvres fous) ! Populistes les protectionnistes (enfin voyons, c’est la mondialisation, les frontières n’ont plus aucun sens) ! Populistes ceux qui ne respectent pas la démocratie représentative en critiquant le vote du Parlement français aux ordres de l’Elysée (la France a voté Sarkozy en 2007, vous n’allez quand même pas donner le pouvoir à la rue) ! Sans compter que les morts s'y mettent aussi : populiste Georges Frêche avec tous ces «dérapages » sur les blacks, les juifs et harkis (3) – ce qui fera doucement rire tous ceux qui connaissent Montpellier et savent que le développement de la ville s'est joué autour du tertiaire supérieur, de la haute culture et du tourisme, soit trois armes de destruction massive du peuple. Et imperceptiblement, le mot populiste permet de glisser d’une problématique réelle à son assimilation à un discours d’extrême droite exclu de facto du champ du débat.

Et les médias ont peu à peu centré leur objectif sur un homme : Mélenchon (4). Haro sur le populiste qui veut « qu'ils s'en aillent tous ». Haro sur le mystificateur simplificateur (ont-ils lu son blog ?). Haro sur le pourfendeur des médias aux relents douteux des années 30 (Pujadas en héros de la presse libre !!!). Haro sur le harangueur de foule dont la faconde méridionale flatte le populo (ont-ils jamais écouté un discours de Mélenchon pour trouver que cet homme s’adresse aux bas instincts?). Une fois le raccourci fait entre Mélenchon et le populisme, il sera très facile d’opérer le reductio ad lepenum habituel même si Marine aura remplacé Jean-Marie.

 

Union pour un Mouvement Populiste

 

Ils se trouvent que ceux que les médias nomment populistes aujourd'hui posent un certain nombre de questions qui trouvent un écho considérable car ce sont les questions que se posent les Français.

La première est d'ordre économique : la société française pourra-t-elle tenir encore longtemps alors que la répartition des richesses se fait au profit d'une ultra-minorité et que les classes moyennes sont tirées inexorablement vers le bas. La seconde est d'ordre politique : n'a-t-on pas atteint, avec l’ultra-présidentialisme communicationnel de Sarkozy, les limites du régime ? En d'autres termes, le pays pourra-t-il longtemps être gouverné ainsi ? La troisième question est d'ordre médiatique : comment se fait-il qu'un discours si important dans l'opinion n'ait presque pas le droit de citer dans les médias ? N'est-on pas là devant un nouveau déni de réel explosif pour 2012 ? Toutes ces questions intéressent les Français et c'est pourquoi, il y a fort à parier que le mot populiste soit bientôt approprié par ceux qui veulent y répondre.

Et le mot populiste retrouvera sa dignité originelle car, comme le rappelle Michéa, le populisme est défini historiquement comme le combat radical pour la liberté et l’égalité au nom de la raison populaire.

 

Réacs et populistes, même combat ?

 

Les destins croisés des mots réactionnaire et populiste recouvrent pour partie des similitudes troublantes : ainsi le réac' et le populiste ont un même rapport au réel et ne supportent pas le déni de réel, marque de fabrique des médias producteurs de discours.  De même, ils incarnent une forme d'opposition radicale au sens où ils cherchent les racines du mal. Enfin, ils recouvrent deux attitudes de combat face aux politiques ou idéologie qui visent simplement à accompagner le mouvement.

Toutefois, les deux tribus divergent sur un point essentiel. L’angle mort de la pensée réac’ – du fait de son fondement individualiste - est sans conteste la question de la justice sociale (5), là où il s’agit de la raison d’être de la pensée populiste. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le mot populiste revient au cœur du débat au moment où la politique reprend le pas sur le sociétal et que la question cruciale est celle d’une société où la lutte des classes redevient une réalité.

Gageons pour finir que, pour réussir politiquement, les populistes ne devront pas oublier que cette justice sociale doit s’accompagner de l’ordre républicain.

 

(1)   Il faudra bien évidemment entendre les mots réactionnaire et populiste dans le sens où les entendent les médias, c'est-à-dire, comme un agrégat informe de pensées divergentes réunies sous un même label infamant afin de les disqualifier.

 

(2)   On conseille bien évidemment à Daniel Lindenberg (l’auteur des nouveaux réactionnaires) de s’atteler de toute urgence à la rédaction d’un pamphlet contre les Nouveaux Populistes.

 

(3)   Le mot dérapage devrait lui aussi rentrer dans le dictionnaire des lieux communs journalistiques visant à l’assassinat médiatique.

 

(4)   Aphatie passe encore puisque son rôle dans le PAF est de servir une soupe technocratico-bien-pensante pro-establishment. Mais même  Laurent Gerra s’y met : par la voix du Dr House, il disait l’autre jour que rien ne pourrait sauver la France de « sa crise de mélenchonite aigue » (et oui, j’écoute RTL les jours de grève !!!).

 

(5)   D'où la défiance certaine de nos réactionnaires canal historique type E.Lévy ou Finkie par rapport aux populistes.

Commenter cet article

Sarantopoulos 17/04/2013 14:25


 


Voulez-vous aider à lutter contre cette fraude qui touche toute l'Europe, les USA et le Canada?


 


Mais qui protège ING et Cie?


 


En octobre 2008, j’ai signalé une fraude qui existe depuis plusieurs années sur toute l'Europe, le Canada et les Etats Unis. par Internet et qui permet aux parieurs sur les matches de football et
autres sports, de ne pas payer les taxes de 15 % sur les paris et les gains, lorsque l'on mise à Bruxelles. 


En 2012, le système de fraude est toujours en fonctionnement.


Qui a protégé ces 4 sociétés durant ces années?.


Concerne: évasion de taxes grâce à ING + Earthport PLC + Ladbrokes + Unibet.


 


Voici ce que le Parisien, le Londonien, le Madrilène, le Suèdois, le Napolitain, le Polonais, l'Américain, le Canadien, etc, découvrent sur Internet: ce sont  les pages suivantes,
 prises par le système Copier - coller, sur le site de Ladbrokes.com, le 22 mai 2011.


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Online Banking Customers


You can make a payment into your virtual account online. Just follow the usual Payment procedure on your bank's internet site using the bank account details below for the 'Payee'. 


Telephone Banking Customers


Tell the customer service representative that you wish to make a payment into the bank account below.


Bank: ING Bank N.V, Belgium. 


Account Name: earthport plc 


Holding Branch: Brussels 


Account Number: 310-0796053-60 


Swift/BIC code: BBRUBEBB 


IBAN Number BE73310079605360 


Your Bank Transfer ID Reference: 3400291448507 


It is essential you quote your Bank Transfer ID Reference Number as the reference number when making a payment into your virtual account. Please retain all receipts and references as proof of
payment should there arise any issue.


If you experience any difficulties depositing, or withdrawing funds, please call our customer services help desk on 0800 7 31 41 71. If you are outside the UK - telephone us on + 44 208 429 7971.
Alternatively, email us


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------


On y retrouve la banque ING Bruxelles.


Le compte paravent «earthport plc» dans le but de ne pas faire apparaître Ladbrokes ou bien Unibet sur les versements des paris footbalistiques.


Le code 3400291448507, qui permet à la société Earthport PLC de reconnaître qu’il s’agit d’un versement pour la société Ladbrokes.com.


Le code 3433492909544 permet à Earthport de verser l’argent des paris à Unibet, comme si il s’agit d’un montant de vente d’actions en Bourse, afin d’éviter les taxes.


Le système a fonctionné depuis 2005 et encore en janvier 2011.


Cela représente plusieurs années de fraudes, non stop.


Pour la Belgique, en six ans cela représente: 67.500.000 euros de perdus, rien que sur les mises pour le football. Les gains ne sont pas compris dans ce calcul et ils sont aussi sans taxes.


 


 


Le Gouvernement Français  devrait récupérer six fois plus s’il ne ferme pas les yeux.


Il faut tenir compte de tous les autres paris possibles avec Ladbrokes.uk et Unibet.


Ainsi que les blanchiments d'argent avec les jeux et pokers. 


------------------------------------------------------------------------------------------------------------


 


Dans une démocratie, le gouvernement oeuvre dans l’intérêt des citoyens.


Dans le cas présent, par inertie, le gouvernement favorise une évasion de taxes.


C’est un devoir, pour tout citoyen dans l’intérêt de la Nation, de se substituer au gouvernement afin d’arrêter cette évasion de taxes qui dure depuis plusieurs années.


 


Pour compenser ces taxes perdues, l'Etat a été obligé d'augmenter les impôts. Ce qui lèse les citoyens honnètes.


Le gouvernement a laissé, pendant plusieurs années, Ing faire du tort à plusieurs pays, aux provinces, aux régions, aux villes et aux citoyens.


----------------------------------------------------------------------------------------------------------


 


Remarques: 1° Depuis 2005, de nombreux joueurs ont parié sur les matches de football, avec une majorité de 75% sur Internet afin de na pas payer les taxes.


Il suffit de demander à ING Bruxelles, de remettre l’image des virements bancaires, pour le compte ING ci-avant. Avec les références vous trouverez les montants versés pour Ladbrokes.UK et ceux
pour Unibet Malte. 


Par Internet, il y a 10% des montants pariés par virement et 90% par cartes de débit, de crédit, Paypal, etc.


La société Earthport PLC achète et vend des actions, deux opérations pour lesquelles il n'y a pas de taxes.


Lorsque Earthport PLC reçoit un virement on peut croire qu'il s'agit d'achat d'actions, et


si elle verse de l'argent c’est comme si il y avait eu vente d’actions. 


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 


Seul, je suis incapable de réagir valablement à cette situation.


Comme j'apprends que la BCE va contrôler les banques, je me dis : enfin une organisation sérieuse va se pencher sur ce problème, afin de lutter contre les fraudes qui appauvrissent l'Europe.
Enfin, si elle désire s’investir!


 


Mais je pense que les sociétés fort importantes comme IOTA, IFA, ITD, CIAT, et CFE peuvent aider favorablement afin de confondre les coupables.


Bien sûr elles doivent se décider à agir!


P. A. Sarantopoulos


sysarsy@gmail.com


le 09/02/2013

EOUZAN 01/11/2010 09:46