Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chroniques sur le monde contemporain : G. Eturo, G. Bloufiche et Major Tom

Tout est perdu ?

Publié le 30 Mai 2007 par M. Aurouet in Politique


Tout est perdu. C'est la réflexion, amère, que je me suis faite il y a peu, dans le cours d'une discussion où je me suis trouvé fort isolé. Autour de moi, ce que j'appellerais des membres de la vieille garde, entendons par là les personnes qui ont vu se façonner le monde de l'après guerre.

Il ne vous dit plus grand chose ce monde ? Rafraîchissez donc votre mémoire historique : la sécurité sociale, le resserrement des inégalités, la croissance économique, le primat du politique et quelques reliquats bientôt condamnés de la morale victorienne. Bref, un temps imparfait mais civilisé

Ah,  je vous entends déjà m'enjoindre de cesser d'idéaliser le passé. Après tout, on travaillait dur, on sortait des restrictions, la femme au foyer, la sexualité enchaînée... Je n'ignore rien de tout cela, et loin de moi l'idée de vous sériner que tout était mieux avant. Au passage, laissez moi vous dire quand même que ce serait somme toute une démarche assez originale, et pas si répandue au demeurant, que celle d'idéaliser le passé dans une époque qui passe son temps à penser qu'avant elle, c'était le chaos et la désolation (Et qui s'est donnée un programme de liquidation historique radical, sans même imaginer une aventure collective nouvelle).

Bref. Tout ça pour dire quoi ? Ah oui, je me trouvai donc au milieu de la tablée, entouré de ces témoins d'un autre temps, me dire que non, décidément non, il n'y avait rien de choquant à ce que M. Sarkozy (votre nouveau Président), s'en allât passer quelques jours de repos sur une flamboyante embarcation prêtée par un grand capitaliste à l'esprit fort courtisan. Notez bien qu'à cette tablée, tout le monde ou presque était gaulliste (attention, de ces gaullistes qui ont connu le Général). Une raison semblait suffir pour tout expliquer, cette raison que je rencontre chaque jour et qui me rend de plus en plus nerveux chaque fois que je l'entends : "le monde a changé".

Qu'on se le dise, donc, nous ne sommes plus au temps du général. Rêveurs, rentrez chez vous !

La décence en politique, l'indépendance vis à vis des puissances financières, le respect scrupuleux des symboles au nom de l'unité nationale, les Arts et la Culture plutôt que les paillettes du star system etc..., c'est dépassé !

Rien d'intemporel, donc, dans tout ça. Circulez, y a plus rien à voir. Alors le vide m'a soudain envahi. Comment résister aux pires dérives de notre temps (par exemple le glissement de notre République vers la ploutocratie médiatique), si même les témoins d'une autre époque ont abdiqué sur ce que celle-ci avait de meilleur (et qui méritait de perdurer )?

Alors, une phrase s'est imposée à moi : tout est perdu.

Vous me direz, du temps du Général, les médias étaient contrôlés par l'Elysée. Il y avait l'ORTF. Mille fois d'accord. Heureusement qu'aujourd'hui, je peux regarder TFI pour être informé...

Commenter cet article