Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chroniques sur le monde contemporain : G. Eturo, G. Bloufiche et Major Tom

Le problème du progrès sous l'angle du féminisme

Publié le 13 Janvier 2008 par M. Aurouet in Politique


Préambule
 
Ce qui est regrettable dans le féminisme, c’est qu’il se montre comme une évolution perpétuelle vers le mieux, réclamant néanmoins une mobilisation de tous les instants.  A cet égard, il apparaît en tant que processus d’émancipation progressif et systématique qui, toutefois, ne se trouve jamais vraiment accompli, avec, en corollaire bien sûr, un profond mépris pour la vie des femmes d’autrefois. En cela, il fait hélas partie du discours ambiant sur la modernisation de la vie en général, et des rapports sociaux en particulier, modernisation qui consiste en fait à modeler les gens, à grand renfort de propagande quotidienne, sur le moule de l’homme libéral, c'est-à-dire une monade utilitariste, mobile, déracinée, parfaitement soumise aux contraintes du système économique. En somme, le problème du féminisme, c’est qu’il s’inscrit dans cette idéologie libérale progressiste dont la force est de disqualifier par avance toute posture interrogative puisque, avant, c’était affreux, que ce n’est jamais fini, et que l’essentiel est de continuer sans jamais se retourner.
 
Pourtant, nous partageons l’intuition que Chesterton n’avait pas tout à fait tort lorsqu’il affirmait, dans Le monde comme il ne vas pas, que « les Hommes inventent de nouveaux idéaux parce qu’ils n’osent se mesurer aux anciens. Ils se tournent vers l’avenir avec enthousiasme car ils ont peur de regarder en arrière ». A tout le moins, ce point de vue ouvre à la compréhension de ce qu’il n’y a jamais un progrès certain mais des progrès possibles qui, au demeurant, peuvent impliquer, engendrer ou côtoyer des régressions (ce qui, pour moi, constitue la grande victoire de Rousseau sur Condorcet et compagnie).
 
Sans cette démarche intellectuelle, fondamentalement et pleinement critique, aucune prétention à l’autonomie, fondement de la démocratie, ne peut véritablement être prise au sérieux. Le féminisme, de ce point de vue, est parfaitement révélateur de l’aliénation idéologique de nos démocraties, accrochées à la modernisation comme un martyr à son bûcher. Et il rend justice à Chesterton qui, en son temps, avait déjà perçu combien « le progrès est un comparatif dont nous avons oublié de forger le superlatif » (Hérétiques).
 
Le mur de Darwin
 
C’est bien connu : la France peut se glorifier de présenter l’un des taux d’emploi des femmes les plus élevés au monde. C’est un point fort de la zone France, terrain de sport compétitif pour des empires privés jamais rassasiés (les nations étant tenues, aujourd’hui, au respect d’une logique économique dont le fondement rationnel ne résiste pas à la moindre analyse). Cette glorieuse prouesse réjouit les militants du PIB que sont les économistes, tout autant que les féministes. Ce sentiment trouve chez elles un fondement solide dans l’argument phare de l’indépendance financière et matérielle, seul rempart contre une phallocratie rampante, toujours prête à reprendre ses droits (mais aussi il est vrai, contre la pauvreté, mais les féministes ne se battent pas pour dire que le travail des femmes répondrait d'abord à une nécessité économique souvent regrettable).
 
Cependant, malgré ce succès tout français, maintes féministes sont un peu comme la lessive de la fameuse publicité, elles veulent toujours laver plus blanc que blanc. Et ce ne sera jamais assez blanc.
 
Aussi ne se passe-t-il pas une semaine sans que l’une d’entre elles ne se lamente sur la persistance de « discriminations » dans les déroulements de carrière, discriminations qu’une production législative, réglementaire et institutionnelle « progressiste » doit bien évidemment permettre de surmonter (la parité, l’égalité salariale, la promotion professionnelle…).
 
Néanmoins, n’y a-t-il pas quelque contradiction insurmontable à vouloir intégrer à tout prix un univers darwinien, l’entreprise, tout en revendiquant une égalité symétrique avec des hommes que ne ralentira jamais la maternité ?
 
Car, ainsi que l'observe Christopher Lasch dans son ouvrage Les femmes et la vie ordinaire, « trois facteurs déterminent l’avancement : un début de carrière précoce, la volonté d’effectuer de longues heures de travail et une adhésion résolue aux critères de productivité en vigueur. Ceux qui laissent leurs enfants les ralentir sont les perdants de la course à la réussite ».
 
Cela, de toute évidence, ne révèle que trop bien les limites de l’alliance du féminisme et du libéralisme sous la même bannière du progrès libérateur. Mais rassurons nous: la logique à l’œuvre finira bien, demain, par vanter les mérites des utérus artificiels et de la gestation en laboratoire, le tout sous la supervision de spécialistes avisés.
 
L’horizon carriériste
 
Mais il y a plus : pour que le travail des femmes représentât un réel progrès, encore eut-il fallu que ce travail eût un sens et qu’il fût source d’épanouissement. Or, sur ce terrain là, le scepticisme est de mise. Car les femmes subissent aujourd’hui le même travail que les hommes, et il n’est pas besoin de rappeler combien le salariat ne tient pas souvent les promesses que tant de consultants lui attribuent, et surtout pas dans notre société ultra libérale, où de nombreux métiers n’ont aucun sens, sont abrutissants voire parfaitement néfastes pour le progrès moral de la civilisation (ainsi du marketing et de la pub à tout va).
 
De ce point de vue, un féminisme plus éclairé aurait envisagé au moins deux pistes : ou bien l’impérieuse nécessité de renforcer la dignité et l’utilité du travail, ou bien ne pas envisager le marché de l’emploi comme l’unique planche de salut de la femme « libérée ». Sans quoi l’émancipation risquait fort de ressembler à une chute vertigineuse dans le capitalisme dans lequel certains auteurs ont décelé, si je ne m’abuse, quelque source d’aliénation et d’exploitation. Les féministes n’ont donc pas su voir « qu’un bon travail était un travail utile, ni prestigieux, ni stimulant, ni même créateur, et que, de plus, son utilité ne pouvait se mesurer à un salaire ou une paie » (Goodman).
 
C’est la raison pour laquelle Lasch suggère avec raison, dans Les femmes et la vie ordinaire, qu’un « féminisme digne de ce nom aurait du remettre en question l’idéologie de la croissance économique et de la productivité, ainsi que le carriérisme qu’elle engendre ». Il est à cet égard fort regrettable pour l’idéal démocratique que l’obsession libératrice des féministes les ait conduites à vouloir faire carrière, c'est-à-dire, trop souvent, à devoir « ramper aussi verticalement » que leurs pères, leurs maris, leurs conjoints et leurs frères.
 
Concilier vie familiale et vie professionnelle : vraiment ?
 
Il n’est pas sûr que la fameuse conciliation vie familiale – vie professionnelle soit aussi simple qu’on le dise. Je veux dire : il n’est pas certain que le problème ne tienne qu’au nombre de structures de garde pour les petits. Au passage, cela révèle combien notre temps affectionne la réduction de tout problème politique à sa dimension gestionnaire et technique.
 
Combien de femmes, pourtant, ont renoncé à faire des enfants pour atteindre les sommets du pouvoir d’entreprise, ayant ainsi parfaitement assimilé les irréductibles contraintes du système économique telles que soulignées par Christopher Lasch ? A contrario, combien de femmes n’ayant pas opté pour ce renoncement vivent mal de ne pouvoir être aussi présentes qu’elles le voudraient pour l’éducation de leurs enfants ? Cela ne se mesure pas à coup d’indicateurs, mais c’est une réalité psychologique que chacun peut aisément constater, tant la vie familiale ne se résume pas à faire les courses, faire à manger ou acheter des jouets à ses progénitures.
 
Le meilleur symptôme de cette crise de la vie familiale se situe dans le développement des politiques publiques d’aide à la « parentalité ». Accaparés par la vie économique, ses difficultés comme ses absurdités, soit qu’ils le veuillent, soit qu’ils y soient contraints, les parents font désormais appel à des experts (le plus souvent des travailleurs sociaux, dont le corps se développe d’autant plus que les communautés de proximité se dissolvent, et que les gens se retrouvent désespérément seuls face à leurs problèmes). Comme aurait pu le dire Lasch, derrière l’Etat providence se cacherait donc l’Etat thérapeutique, obligé de prendre en charge, toujours plus, les coûts sociaux d’une vie atrophiée par l’hyper capitalisme d’aujourd’hui. Lorsque l’on est réduit à l’état de producteur-consommateur, on n’a plus qu’à recourir à l’immense bureaucratie de l’Etat social.
 
La production et l’éducation : un mariage heureux ?
 
Obsédée par le travail maximal de la population active, notre société ne voit pas le sacrifice consenti, celui de l’éducation de ses enfants (au risque de paraître réactionnaire). Il ne s’agit pas de dire que cette tâche justifie de confiner les femmes à la maison parce qu’elles y seraient naturellement destinées (je ne défends pas une position essentialiste), mais de donner raison à Christopher Lasch lorsqu’il écrit, dans Les femmes et la vie ordinaire : « la famille où les deux parents poursuivent une carrière représentant le progrès, les traînards doivent se mettre au pas : telle est la logique que les féministes ont emprunté au marché sans avoir conscience de son incompatibilité avec leur vision d’un monde plus doux et délicat ».
 
Pourtant, deux remarques s’imposent : la première, c’est que l’éducation est un don de soi, un acte d’amour qui  dans bien des cas s’avère plus utile et enrichissant que le travail salarié en entreprise (mais qui est une activité socialement dévalorisée) ; la seconde, c’est qu’en matière d’éducation toute négligence collective est désastreuse pour le futur des démocraties. Car c’est à l’éducation, bien plus qu’à des textes de loi, qu’une société démocratique doit ses vertus, et donc sa force (il n’y a que les libéraux pour penser le contraire mais, dans leur système de pensée, c'est assez cohérent).
 
Or cette négligence, il suffit d’ouvrir ses yeux : elle est exposée au grand jour. Non pas, bien-sûr, que les familles et les mères au premier chef, soient animées de mauvaises intentions. Mais il semble bien que nos chères têtes blondes soient élevées dans une culture de la consommation, et donc du fric. Car le peu de temps libre qu’il reste aux parents est trop souvent consacré à l’achat de marchandises et à la télévision qui, aujourd’hui, n’est rien d’autre qu’un conditionnement matérialiste de masse, avec en plus une bonne dose de cynisme. Comme s’exclamait déjà Claude Alzon dès les années 1970, dans son essai La mort de Pygmalion, « gentils éducateurs, ne vous étonnez pas de voir les mères de famille, en rentrant le soir de leur travail, se débarrasser de leurs gosses en les mettant devant n’importe quelle émission de télé. Ce n’est pas seulement parce qu’elles sont crevées, mais parce qu’elles n’y voient aucun mal. Dans notre société, la télé est la vraie mère nourricière. La saveur de son lait est incomparable et convient aussi bien aux adultes qu’aux enfants. Le meilleur des produits pour bébés ». Et d’ajouter, avec lucidité : « quand un ouvrier ou un employé a trimé huit à dix heures par jour d’un travail inintéressant au possible et de surcroît subi deux heures de transport dans les conditions les plus pénibles qui soient, il est bien évident qu’il ne peut aspirer, en rentrant chez lui, qu’à profiter au maximum du confort de la télé et du reste. Et comme il n’est pas sans se rendre compte qu’on l’a possédé jusqu’à la moelle, c’est avec la bonne humeur qu’on devine qu’il regagnera son chez soi, bien crevé de ce qu’on lui a fait faire, c'est-à-dire dans un état physique et nerveux idéal pour s’occuper de l’éducation de ses chers petits ». Le problème, c’est qu’au lieu de servir le véritable but de toute éducation, qui est de préparer l’enfant au monde adulte, au lieu de lui permettre de se forger une véritable personnalité, on l’entretient dans un état d’immaturité inquiétant à la fois pour son propre avenir et pour celui de la société démocratique (mais très utile pour entretenir la société de consommation). La démocratie, en effet, ne peut survivre sans se corrompre qu’en diffusant parmi ses membres d’autres valeurs que celles du narcissisme et du matérialisme rapace.
 
Le féminisme, un simple progressisme ?
 
En définitive, les féministes ont beau jeu de peindre un tableau rassurant : hier, le modèle « traditionnel » d’une femme enchaînée à un mari (forcément) dominateur et confinée au foyer (où elle se sentait « inutile ») ; aujourd’hui, le modèle en marche d’une femme insérée sur le marché du travail et néanmoins mère épanouie. Le problème, c’est que ce passé n’est rappelé que pour mieux mettre en avant le prétendu bonheur des femmes et des familles de notre temps, le pire étant que le fameux modèle traditionnel n’est pas aussi traditionnel que l’on croit. Ainsi que l’explique Christopher Lasch dans Les femmes et la vie ordinaire, « c’est dans les banlieues bien plus que dans les villes que les femmes devinrent des mères et femmes d’intérieur à temps plein. La fameuse famille traditionnelle, au sein de laquelle le mari part travailler tandis que la femme reste à la maison avec les enfants, n’avait rien de traditionnel. Ce fut un innovation du milieu du XXème siècle ».
 
Les féministes peuvent donc se réfugier dans un imaginaire avantageux, cela n’enlève rien au fait que le travail des femmes n’est pas nouveau. Ce qui l’est en revanche, c’est leur alliance avec le salariat et le carriérisme et, partant, leur acceptation d’une vie familiale entièrement soumise aux contraintes du capitalisme. En conséquence, qui veut adoucir le système économique actuel afin de rétablir les conditions d’une vie vraiment humaine ne peut pas envisager le féminisme actuel autrement que comme un puissant conservatisme. Nous avons déjà pu souligner, ailleurs dans ce blog, combien le vrai conservatisme réside dans le discours modernisateur. D’où l’extrême pertinence de la belle formule de Philippe Muray : « car c’est dans l’échec seul que la liberté vit, quand toute réussite, bientôt, l’anéantit ».
 
Conclusion : le féminisme a-t-il un avenir ?
 
La véritable question est la suivante : considéré in abstracto, désubstantialisé, c'est-à-dire coupé de tout enracinement dans un questionnement plus large sur la vie humaine (ce qui fait que la vie vaut la peine d’être vécue) et sur la famille, le féminisme peut-il, aujourd'hui, être autre chose qu’un simple et pâle reflet du libéralisme, idéologie de la mobilisation perpétuelle pour la production et la consommation autour du salariat ? Havelock Ellis nous avait déjà prévenu que l’histoire des femmes ne peut être détachée de celle de la race humaine en général sans s’en trouver réduite à quelque chose « d’insignifiant, de superficiel, comme récupéré en seconde main ». Et il en irait de même, bien sûr, d’une « histoire des hommes ».
 
C’est la raison pour laquelle, comme l’a si justement relevé Christopher Lasch, « un mouvement féministe respectueux des victoires passées des femmes ne déprécierait pas les tâches ménagères, la maternité ou les services civiques et de voisinage non payés. Il ne considèrerait pas le salaire comme l’unique symbole du talent. Il exigerait la mise en place d’un système de production tourné vers l’utilité plutôt que le profit. Il mettrait en avant la nécessité, pour les gens, d’exercer des métiers honorables, qui se respectent, et non de se lancer dans des carrières prestigieuses rapportant certes des salaires élevés, mais les éloignant dans le même temps de leur famille. Au lieu de chercher à intégrer les femmes dans les structures existantes de l’économie capitaliste, il ferait appel aux problèmes des femmes pour plaider en faveur d’une transformation complète des dites structures. Il rejetterait non seulement la mystique féminine, mais aussi celle du progrès technique et du développement économique. Il ne se soucierait plus de montrer combien il est progressiste. En rejetant le « progrès », naturellement, il dépasserait les bornes de l’opinion respectable, autrement dit, il deviendrait aussi radical qu’il prétend l’être ».
Commenter cet article

Fatma Drissi 02/03/2008 03:20

Je ne sais pas qui est ce Christopher Lasch, mais je trouve son analyse du mouvement féministe, pour séduisante qu’elle soit dans sa construction, légèrement restrictive, pour ne pas dire faible. D’une part, parce que, sans être une experte de la question, il me semble assez évident qu’il n’y a pas un féminisme, mais des féminismes. Désolée d’introduire dés le début de mon propos cet élément de complexité, il ne s’agit ni d’une jésuite coquetterie, ni d’un détail anodin, mais plutôt d’une exigence intellectuelle. Le lecteur zélé pourra, à l’envie, se plonger dans les bibliographies respectives de Simone de Beauvoir, d’Elizabeth Badinter, d’Angela Davis ou encore de Virginie Despentes, il éprouvera quelque difficulté à en voir émerger un corpus et des analyses communes. Nulle continuité en effet, si ce n’est le vaste programme d’émancipation de la femme, entre l’auteur du Deuxième Sexe, la théoricienne de « la ressemblance des sexes », l’ex-Black Panthers, membre du Parti communiste américain et enfin l’écrivain punk-rock (je te concède que le qualificatif est navrant), auteur de King Kong Théorie. Ensuite, et c’est la conséquence de cette diversité des approches, parce que tous les féminismes, loin s’en faut, ne se confinent pas dans « les bornes de l’opinion respectable » et ne considèrent pas « l’intégration des femmes dans les structures existantes de l’économie capitaliste » comme le gage de leur émancipation. A cet égard, ignorer ou feindre d’ignorer l’existence de féminismes radicaux qui interrogent, interpellent et refusent le fonctionnement actuel de l’ensemble des sphères où s’organise la vie des femmes (politique, emploi, famille, sexualité…), relève, sinon de l’escroquerie intellectuelle, du moins d’une irresponsable ignorance de son sujet. Je citerai, à titre d’exemple, un extrait de Woman, Race and Class d’Angela Davis (1981) « Je vois le féminisme comme un outil, pas seulement pour aborder les questions de femmes mais pour aborder toutes les questions politiques sans être déterminé par les frontières idéologiques établies par le système capitaliste. De penser race, classe, genre et sexualité tout ensemble sans se soucier de cet éternel clivage homme/femme » Ou encore de King Kong Théorie de Despentes (2006) : « Parce que l’idéal de la femme blanche séduisante, mais pas pute, bien mariée, mais pas effacée, travaillant mais sans trop réussir, maman épanouie mais pas accaparée par les couches et les devoirs d’école… cette femme blanche heureuse qu’on nous brandit tout le temps sous le nez, celle a laquelle on devrait faire l’effort de ressembler, a part qu’elle a l’air de beaucoup s’emmerder pour pas grand-chose de toute façon je ne l’ai jamais croisée nulle part. Je crois bien qu’elle n’existe pas. » Enfin, et c’est le plus grave dans les extraits que tu nous proposes, il semble quand même légèrement injuste et invalidant d’exiger du féminisme, comme preuve de sa légitimité et de sa crédibilité, qu’il soit « radical », refuse « le salaire comme l’unique symbole du talent » et surtout « exige la mise en place d’un système de production tournée vers l’utilité plutôt que le profit ». Car enfin, que d’exigences pour avoir droit à la considération de Christopher Lasch. En somme, pour être sérieux, les féministes devraient, de ce pas, s’atteler à la destruction de la société capitaliste, rien de moins, et surtout ne pas s’aviser de repointer leur minois avant le Grand Soir. Soyons sérieux, il peut évidemment et il doit exister un féminisme non radical. Par ailleurs, pour ce qui est de la rupture avec le capitalisme, faut-il rappeler à Christopher Lasch que d’aucuns ont déjà lutté et continuent de le faire pour cette tache légèrement ardue. Et qu’ils n’ont pas pour autant cessé de se penser comme membres d’une société qu’ils tentent de changer. Et ils ont donc aussi continué, emportés par leurs élans bassement matérialistes, à être parfois salariés d’entreprises. Il ne viendrait à l’idée de personne, pour autant, d’en faire des suppôts du libéralisme. Cette curieuse exigence de radicalité et de rupture avec le capitalisme semble témoigner d’une volonté inquiète de confiner les féministes dans un espace d’illusion révolutionnaire, en dehors de la société et du politique. Elle ressemble, pour l’auteur, comme pour d’autres qui en sont restés à la vision d’un féminisme nécessairement anti-males (je ne citerai pas ici Eric Zemmour et son affligeant Le Premier Sexe), de se réconforter à peu de frais. Pour rassurer Lasch, il conviendrait de revenir à deux ou trois fondamentaux : l’histoire des féminismes ne se réduit pas à celle de la guerre des sexes. Ces mouvements se sont toujours réclamés de combats menés par l’ensemble de la société et leur histoire est, avant tout, celle de lutte pour inclure les femmes dans tous les espaces de la vie publique (politique, économique, militaire…) Pour finir, je pense que quand Lasch exhorte les féministes à refuser « le progrès » pour exister, il confond, une vision du progrès issue de la philosophie qui place l’Homme au cœur de son déploiement et le progrès, version Schumpeter, dont le néolibéralisme a fait son étendard (le progrès technique associé au développement économique). Mais rien n’impose aujourd’hui d’adhérer à cette définition particulière. Comme pour le libéralisme, un mouvement doit-il réellement renoncer à l’idéal qui l’inspire dés lors que certains s’emploient à vider cet idéal de son sens ?

M. Aurouet 03/03/2008 12:03

Merci pour ta contribution Fatma sur un sujet qui me tient à coeur.Je reconnais pleinement qu'il existe plusieurs féminismes. Je suis pour ma part plus sensible à Lasch, Badinter ou Polony qu'à Despentes ou autre. Je constate aujourd'hui que le féminisme médiatique, le féminisme qui est donné à voir et à entendre, et qui se prétend progressiste, manque singulièrement de recul et de nuance. J'ai mobilisé Lasch pour souligner que l'alliance du féminisme et de la rhétorique progressiste ne portait pas l'espérance émancipatrice promise, et qu'au demeurant le féminisme n'a pas grand sens s'il ne s'inscrit pas dans un projet d'émancipation global.Il ne s'agit pas d'accuser les femmes de collaborer au salariat et aux pires outrages de l'hyper capitalisme, mais de pointer combien il est réducteur de parler d'émancipation, quand il s'agit seulement de participer aux structures économiques et sociales existantes, sans seulement envisager de les tranformer par un projet de société plus large que le seul féminisme.Ce qui m'agace, et c'est en cela que Lasch se montre pertinent, c'est que le féminisme affiché vient nourrir les illusions progressistes actuelles qu'on met derrière la notion de modernisation.Au demeurant, ce n'est pas à partir du féminisme qu'il faut aborder toutes les questions politiques, mais bien l'inverse.2 messages donc :- Ce n'était pas mieux avant, certes, mais ce n'est pas forcément non plus mieux aujourd'hui, le véritable progrès consistant précisément à améliorer le présent, pas à prendre prétexte du passé pour faire avaler toutes les couleuvres modernistes.- Le féminisme doit s'arrimer à un projet de société plus large que lui, sans vouloir essentialiser la différence masculin/féminin, mais sans nier non plus la réalité mystérieuse de cette différence.Je voudrais préciser, en guise de conclusion, qu'il s'agissait surtout d'un article sur le progrès, tendant à montrer combien relative et ambivalente est cette notion, à une époque qui méprise le passé et encense le présent, dans un même mouvement de caricature.Enfin, Christopher Lasch n'est pas anti-féministe. Comme Badinter en France, il a tendu à souligner les limites et les errements du féminisme dominant aux USA. Je l'ai mis en avant parce que, sans adopter une posture à la Zemmour à laquelle je n'adhère pas, car elle me paraît caricaturale, simplificatrice et, finalement, fausse, Lasch souhaite alarmer les féministes sur les limites, voire les impasses de leur posture, tout en conservant l'idéal d'émancipation qui puise aux sources des Lumières.