Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chroniques sur le monde contemporain : G. Eturo, G. Bloufiche et Major Tom

Attentats de Paris : Requiem pour la gauche

Publié le 20 Novembre 2015 par G. Eturo in Politique

 

Les horribles attentats de Paris auront sans doute pour effet durable, cette fois, d'achever ce qu'il peut rester de la (moins en moins) hégémonique pensée de gauche dans notre pays. Toujours dominante dans les sphères de pouvoir, en particulier dans les médias qui en sont le miroir, cela fait déjà un moment qu'elle se consume chez les gens ordinaires. Eric Zemmour a beau s'attirer toujours plus les foudres de ses collègues, son dernier ouvrage (Le suicide français) s'est vendu comme des petits pains, atteignant un succès que BHL et consorts ne pourront jamais prétendre ne serait-ce qu'effleurer...

 

Ce retour du réel, violent et macabre, signe en réalité l'acte 2 de l'effondrement idéologique  de la gauche. Quel en était l'acte 1 ? Ce fut le renoncement au socialisme et même, au fil des ans, à la régulation du capitalisme devenu mondialisé et prédateur. Ce fut le grand tournant par lequel on proposa aux classes populaires les secours de l'Etat Providence plutôt que le travail et la réduction des inégalités économiques. Avec un résultat flamboyant qui consista à faire migrer progressivement les classes populaires du communisme vers le Front National. L'Histoire retiendra que le plus fou ne fut pas tant ce retournement que le mépris avec lequel la nouvelle gauche l'accueillit. Hier héros mythique du grand soir à venir, le prolo devint en l'espace de deux décennies le beauf, voire le facho, qu'il était de bon ton d'accabler. Ce fut l'heure de Terra Nova, des (inépuisables) combats de société, de l'antiracisme tonitruant (en réalité, de la xénophilie antifrançaise), de la lutte contre toutes les formes de discrimination, de l'art comme étendard de la branchitude et, bien sûr, de l'Europe marchande et monétaire sur fond de banalisation de la France dans un monde unipolaire.

 

Et voilà que survient désormais, avec les attentats de Paris,  l'acte 2 de la chute, par lequel les bobos vont cesser d'exercer leur hégémonie intellectuelle sur les classes moyennes. On essaiera encore, bien sûr, de faire passer les terroristes djihadistes pour des fous, sans lien véritable avec l'Islam. On tentera de nous faire le coup de la pathologie, de personnes mentalement fragiles qui se radicalisent et qu'il serait possible de "déradicaliser" (on attend de voir ça). On masquera le fanatisme religieux dont on ne prononce pas le nom pour lui préférer un vocable médical. On entendra toujours parler de laïcité "ouverte" ou "positive" et je parie même que nous subirons encore les mises en garde contre les "amalgames" pour éviter de nommer clairement les choses (à savoir le retour du religieux sur fond de ressentiment identitaire et social dans la société française par le truchement d'une religion importée, l'Islam). Tout cela ne nous sera pas épargné. Mais, contrairement à ce qui s'est passé à la suite du massacre de l'équipe de Charlie Hebdo, ça ne prendra plus. L'idéologie du multiculturalisme et du respect des différences qui tient lieu de pensée de substitution à la gauche contemporaine a vécu parce qu'elle n'apparaîtra plus comme une possible solution, mais comme un pas de plus vers la dissolution de la communauté nationale.

 

Aussi, quand au renoncement d'un idéal fondateur (le socialisme) vient s'ajouter un aveuglement politique radical sur fond de bétise crasse (la traque du racisme dans une société qui ne fait qu'accueillir et s'ouvrir depuis quatre décennies), l'issue est inévitable. Elle a pour noms la défaite, la débandade, la chute. Et, à moins d'une révolution copernicienne initiée rapidement en son sein, la gauche n'évitera pas désormais ce funeste destin à laquelle sa constante bêtise, et sa morgue insolente, l'auront conduite. Le plus ironique, et le plus redoutable aussi, est qu'il n'est pas impossible que la fameuse "droitisation" tant et tant combattue ces 30 dernières années (la "lepénisation des esprits") alors qu'elle n'était largement qu'un épouvantail, devienne à présent réalité. Car enfin, quand nous nous réveillerons de l'horreur qui vient de nous abasourdir, qui peut savoir si l'inévitable basculement idéologique fera émerger un nouveau patriotisme républicain ou bien si nous assisterons au triste spectacle de luttes ethniques ? Combien tragique serait alors une telle ironie, qui verrait une sorte de retour aux années 30 issu des entrailles même d'une pensée de gauche mortifère...

 

 

 

Commenter cet article

aurouet alain 21/11/2015 09:43

oui, sur quoi tout celà va déboucher? en tout cas le réveil est brutal, et l'europe dans tout celà ? il semble que nous soyons bien seuls, les frontières étaient de vrais passoires, quant aux renseignements...le pompon revenant à la belgique, base arrière des terroristes....il y a du boulot!